Franklin Delano Roosevelt a dit: «…Permettez-moi tout d’abord d’affirmer ma conviction déterminée que nous n’avons à craindre que la crainte elle-même, cette peur irraisonnée, injustifiée qui ne porte pas de nom et qui anéantit les efforts nécessaires … »

Il a dit ces mots pour trouver un moyen de réconforter un pays dévasté par une dépression sévère. Cette phrase est tirée de son discours d’investiture du 04 mars 1933 pour son premier mandat en tant que 32 ème Président des Etats-Unis d’Amérique.

Figure centrale du XXe siècle, il fut le seul président américain à être élu à quatre reprises à partir de 1932. Il ne fit qu’entamer son quatrième mandat, emporté par la maladie quelques mois après le début de celui-ci, en Avril 1945.

La signification de la déclaration de Franklin Roosevelt était de faire face à vos peurs et de ne pas être paralysé par elles.

Cela a été un élément clé pour aider les gens à faire face à l’un des moments les plus désespéré du pays.

Plus tard, il a utilisé ses conversations au coin du feu à la radio pour réconforter les gens.

Il tint un rôle de premier plan dans la transformation du monde au sortir du conflit de la Deuxième Guerre Mondiale, et inspira notamment la fondation de l’ONU.

Critiqué par les uns, admiré par les autres, il a laissé une très forte empreinte dans l’histoire de son pays et dans celle du monde.

Courir vers vos peurs vous oblige à sortir de votre zone de confort. Le changement est une partie nécessaire mais pour beaucoup, il est difficile d’en venir à bout.

Se cacher de la peur peut paralyser les gens et faire souvent empirer la situation en ne prenant aucune action.

Essayez d’utiliser cet état de fait, comme un moyen pour gérer des situations inconfortables.

Lorsque vous vous approchez des situations que vous craignez, vous trouvez qu’elles ne sont pas aussi mauvaises que ce que vous vous étiez imaginé de prime abord.

En outre, vous ressentez souvent un sentiment d’accomplissement quand vous prenez sur vos craintes. Une autre façon de gérer ces craintes est de repenser au moment où cela se produit -par exemple- à l’approche de ces situations indésirables.

La plupart des gens ont peur de parler en public. Vous mettre en situation juste pour faire cela peut être un bon début pour courir vers vos craintes.

Si vous pouvez passer au travers de cela, vous avez tous les outils nécessaires pour passer à travers n’importe quelles situations qui se présentent à vous.

Il faut du courage pour briser les barrières et faire face à ce qui vous fait peur. Mais, vous trouverez souvent d’autres personnes qui sont soit passées par ce que vous êtes en train de traverser ou qui cherchent à le faire.

Former des groupes de soutien peut être un excellent moyen d’aider chaque membre à faire face à la situation. Le simple fait d’en parler peut souvent conduire à prendre les mesures nécessaires. Si vous trébuchez, le groupe peut vous aider à vous remettre en selle.

La vie est pleine de défis qui doivent être traités.

Se cacher et repousser ces défis pour ne pas avoir à leur faire face n’est en fait que “reculer pour mieux sauter”, car tôt ou tard, il faudra les affronter.

Vous ne réglez rien en remettant à plus tard! Il est extrêmement rare que le fait de les reporter conduit à un résultat positif.

Les confronter vous rendra une personne plus forte et vous éviterez ainsi de créer des situations qui auraient pu devenir ingérable.

Les gens vous verront comme un “chef de file” quand ils vous verront aller de l’avant et prendre en charge la situation.

Prêts… Partez!

Francis