Vous vous demandez comment vous vous adaptez au changement?

 Traduit et adapté de l’anglais d’un article de Jeff Boss de Forbes et a été légalement autorisé à travers le réseau de l’éditeur NewsCred.

Le besoin d’adaptabilité n’a jamais été aussi important que ce qu’il est maintenant.

La possibilité pour les personnes, les équipes et les organisations de s’adapter aux changements dans leur environnement, de rester pertinentes pour éviter d’être obsolètes est la caractéristique déterminante entre le succès et l’échec, la croissance et la stagnation, la réussite et la faillite.

Pour rester pertinent en tant qu’organisation il faut penser et agir de manière adaptée ; les bonnes personnes aux bons endroits est le résultat de choix de la part des dirigeants pour façonner leur environnement. Cependant, les processus internes au sein de cet environnement sont entraînés par des individus qui sont prêts et capables de s’adapter aux directives des chefs lorsque nécessaire.

Comme un entraîneur à l’adaptabilité, la tendance que je vois est commune:

• une réticence à adopter quelque chose de nouveau tout simplement à cause de toute la «nouveauté» qui l’entoure,

et cette répugnance tient généralement à partir d’un certain nombre de facteurs:

• le manque d’auto / conscience de la situation,

• une mauvaise communication ,

• des décisions floues,

• l’ego,

• le manque de responsabilité.

Par conséquent, à quoi ressemble une « personne adaptable »?

1. L’expérience des personnes.

Pour s’adapter nous devons être ouverts au changement, ce qui signifie que nous devons avoir la volonté de mettre en oeuvre une tolérance émotionnelle, une force mentale, une orientation spirituelle à non seulement faire face à l’incertitude, mais à lui mettre une grande gifle au visage et continuer à avancer.

2. Les personnes adaptables voient l’occasion, l’opportunité où d’autres voient l’échec.

S’adapter c’est grandir, changer et pour changer nous devons renoncer à ce que nous avons toujours cru comme « vrai » et le classer comme «mauvais», puis adopter ce que nous croyons maintenant être la nouvelle «vérité».Si nous ne le faisons pas, nous stagnerons -longtemps-.

Ceci est quelque chose contre laquelle luttent non seulement les individus mais aussi les organisations. Elles luttent contre des habitudes qui ont défini leur succès dans le passé plutôt que de se demander si oui ou non ces mêmes habitudes vont continuer à  définir leur succès à l’avenir.

Les occasions étaient là! Elles ne les ont pas saisies!

Si elles l’avaient  fait, alors le géant de la photo, le groupe américain KODAK, Virgin, Fagor Brandt, Mory Ducros et tant d’autres qui ne se sont pas adaptées à une « nouvelle réalité » seraient toujours dans les affaires.

3. Les personnes adaptables sont débrouillardes.

Vous pouvez enlever les ressources d’une personne, mais vous ne pouvez pas lui supprimer la débrouillardise. Plutôt que de se retrouver avec une seule solution pour résoudre un problème, les gens adaptables ont un plan d’urgence quand le plan A ne fonctionne pas. En d’autres mots … (voir plus loin)

4. Les personnes adaptables anticipent.

Toujours ouverts aux opportunités (voir ci-dessous), les gens adaptables sont toujours à l’affût d’améliorations, de modifications mineures qui changeront l’ordinaire en extraordinaire parce qu’ils ne sont pas mariés avec la pensée unique.

5. Les personnes adaptables ne pleurnichent pas.

Si elles ne peuvent pas changer ou influencer une décision, eh oui, vous l’aurez deviné, elles s’adaptent et continuent à progresser.

6. Les personnes adaptables se parlent à elles-mêmes. 

Mais pas d’une manière bizarre. Quand elles sentent que leur pression artérielle augmentent, que leurs dents grincent et que les poings se serrent serrant, elles changent leur « mode mental » pour se parler à elles-mêmes. Se livrer à l’autopersuasion positive est la plus grande habitude que nous pouvons apprendre par nous-mêmes.

7. Les personnes adaptables n’accusent pas. 

Elles ne sont pas des victimes des influences extérieures parce qu’elles sont proactives.

Pour s’adapter à quelque chose de nouveau, nous devons renoncer à l’ancien. Les personnes adaptables ne sont pas rancunières, n’accusent pas inutilement. Bien au contraire, elles encaissent les coups, les comprennent et progressent.

8. Les personnes adaptables ne revendiquent pas la gloire.

Elles ne se soucient pas des honneurs, car elles savent que cela s’éteindra bientôt.

Plutôt que de gaspiller des efforts sur un problème temporaire, elles portent leur attention vers le prochain obstacle pour obtenir une longueur d’avance de sorte que lorsque tout le monde arrive, elles sont déjà sur le prochain défi.

9. Les personnes adaptables sont curieuses.

Sans curiosité, il n’y a pas de capacité d’adaptation. Les personnes adaptables apprennent et ne cessent d’apprendre.

La Curiosité permet la croissance ; elle nous tire – par opposition – à la volonté, qui nous pousse.

La volonté ne dure aussi longtemps que nous aimons être poussés.

Est-ce que quelqu’un -objectivement- aime être poussé? Je ne le pense pas.

10. Les personnes adaptables s’adaptent.

Quoi de mieux pour définir une définition que sa propre définition.

11. Les personnes adaptables se tiennent au courant.

Si nous voulons nous adapter au changement, nous devons savoir ce qu’il faut adapter et la raison de son importance.

La communication est au cœur de tout ce que nous faisons, et les gens adaptables réalisent l’impact de leur mots, le ton et le langage corporel qu’ils ont sur ​​les autres.

Ceci explique pourquoi elles adaptent leur communication selon les personnalités impliquées.

12. Les personnes adaptables voient les systèmes .

Non, je ne parle pas des systèmes d’étoiles ou galaxies. Ce que je veux dire c’est que les personnes adaptables voient l’ensemble de la forêt plutôt que quelques arbres.

Elles le doivent, sinon il leur manquerait les repères à partir desquels elles fondent leurs décisions pour s’adapter.

13. Les personnes adaptables ouvrent leurs esprits.

Tiens, ça ressemble à ma devise, non? Libérez votre esprit.

Si nous ne sommes pas prêts à écouter les points de vue des autres, alors nous serons limités dans notre pensée, ce qui signifie que nous aurons également des limites dans notre capacité d’adaptation.

Plus nous avons de situations, plus nous avons de choix pour nous positionner vers le changement.

14. Les personnes adaptables savent ce qu’elles représentent.

Le choix du changement n’est pas facile, pas plus que celui de rester le (la) même.

Choisir de s’adapter à quelque chose de nouveau et de renoncer à l’ancien nécessite une solide compréhension des valeurs personnelles; savoir ce qui est important pour nous et ce qui ne l’est pas- vous soutient le long du chemin vers l’adaptabilité.

Comment pensez-vous faire face au changement?

Francis Berthelot